Éthiopie

D'ici 2050, l’Ethiopie aspire à la conservation et la gestion durable des écosystèmes et de la biodiversité par tous les secteurs pour assurer la sécurité alimentaire et contribuer à l'éradication de la pauvreté.

Une mobilisation nationale

Réunion de lancement

6 juillet 2021

Addis Abeba

L’atelier de lancement de BIODEV2030 a réuni sur une demi-journée des participants clés des secteurs publics, privés et de la société civile afin de leur présenter les objectifs et l’approche du projet BIODEV2030 en faveur de la biodiversité. Dans son allocution d’ouverture, le professeur Fekadu Beyene, commissaire à l’environnement, aux forêts et au changement climatique, a salué le projet et a souligné l’engagement de l’Éthiopie à mettre en œuvre un plan ambitieux pour accélérer la préservation de la biodiversité.

Atelier de lancement du projet BIODEV2030 à Addis Abeba, Ethiopie, le 6 Juillet 2021


Diagnostic

La grande diversité des paysages éthiopiens a conduit à de grandes variations du climat, des sols et de la végétation naturelle, avec 10 écosystèmes, 18 zones agro-écologiques majeures et 49 mineures. Les hautes terres d’Éthiopie sont la source de grands fleuves pérennes, dont le Nil Bleu. Il n’y a pratiquement pas d’écoulements d’eau de surface pérennes dans les zones inférieures à 1500m.

Les forêts éthiopiennes jouent un rôle vital pour assurer la sécurité alimentaire et des moyens de subsistance durables pour des millions de ménages, notamment grâce à la production de miel, de café de forêt, de gommes naturelles et de bois. Selon les estimations nationales, l’Éthiopie possède un nombre estimé de 6 000 espèces de plantes supérieures dont 10 % sont endémiques, 284 espèces de mammifères sauvages et 861 espèces d’oiseaux. Le pays est également reconnu comme l’un des centres d’origine mondiaux pour des cultures telles que le café, mais aussi un centre de diversité pour les animaux de ferme indigènes – 28 bovins, 9 ovins, 8 caprins, 7 chameaux, 6 ânes, 8 races de chevaux, 2 mulets et 7 races de poulets.
En raison de l’expansion agricole, une partie importante des hautes forêts, des terres boisées et des zones humides ont été converties en exploitations de thé, riz, canne à sucre, pour l’implantation d’usines de biocarburants et des plantations de café. Le NBSAP de l’Éthiopie identifie la conversion de l’habitat, l’utilisation non durable des ressources de la biodiversité, les espèces envahissantes, le remplacement des variétés et des races locales, le changement climatique et la pollution comme les principales menaces directes pour la biodiversité. De nombreuses causes indirectes impactent elles aussi le déclin de la biodiversité éthiopienne, notamment la croissance démographique, la pauvreté et le manque de sensibilisation et de coordination.

Le Plan de croissance et de transformation II de l’Éthiopie (GTP II) place la modernisation et la durabilité du secteur agricole comme l’un de ses piliers pour assurer sa croissance d’ici 2025. Le GTP II identifie également l’environnement et l’économie verte comme une question transversale, avec un certain nombre d’objectifs majeurs tels que l’augmentation de la contribution des forêts à l’économie et à l’écologie en augmentant la couverture forestière de 20% ou la réhabilitation des aires protégées pour croître les puits de carbone de 30%.

3 076 espèces

évaluées dont 249 sont endémiques

264 espèces

menacées dont 124 endémiques selon la Liste rouge de l’UICN des espèces menacées (2021-1)

Menaces

(source: IUCN Red List 2021-1)

Utilisation des ressources naturelles – Pêche & exploitation des ressources maritimes
Développement résidentiel et commercial – urbanisation
Agriculture – Culture des produits forestiers non ligneux annuelle et pérenne
Pollution – Effluents de l’agriculture et de l’exploitation forestière

Accès à la fiche IBAT

Accéder à toutes les ressources documentaires de l’Éthiopie