Guinée

La Guinée s'est fixée pour objectifs environnementaux l’augmentation du couvert forestier et la réduction des espèces menacées, tout en visant une croissance accélérée du secteur primaire afin de réduire la pauvreté et l'insécurité alimentaire de la population.

Une mobilisation nationale

Atelier de lancement

02 août 2021

Hôtel Maringa de Kindia – Guinée

L’atelier national de lancement du projet BIODEV2030 a réuni 66 participants afin de présenter et valider le diagnostic des menaces sur la biodiversité en Guinée.

Dans son allocution de bienvenue, le Directeur du Cabinet du Gouvernorat de Kindia a mis l’accent sur le besoin d’aborder les enjeux de préservation de la biodiversité par une analyse approfondie des menaces et secteurs économiques pesant sur cette dernière, afin de proposer des solutions.

Atelier de lancement du 2 août 2021 à l’hôtel Maringa de Kindia, Guinée.

Diagnostic

La République de Guinée comprend quatre régions naturelles aux caractéristiques distinctes. La Basse Guinée, ou Guinée Maritime, la Moyenne Guinée, constituée de chaînes de montagnes, la Haute Guinée qui comprend le bassin supérieur du fleuve Niger et ses principaux affluents et la Guinée forestière, au sud-est. Le pays jouit d’un climat tropical, avec l’alternance de deux saisons (sèche et pluvieuse) dont la durée varie selon les régions. Avec un réseau hydrographique très dense de plus de 1 100 cours d’eau répartis dans 23 bassins fluviaux dont 14 internationaux, la Guinée est aussi connue comme le « château d’eau ouest-africain ».

La Guinée abrite de nombreux écosystèmes terrestres tels que les montagnes, les forêts denses humides, les forêts denses sèches, riches en biodiversité mais fragilisées, ainsi que les savanes, les plantations forestières et les agrosystèmes. La Guinée offre également des abris de choix pour une biodiversité unique en Afrique de l’Ouest, notamment dans ses reliques de forêts denses humides classées comme zones à haute biodiversité (hotspot). Victime des feux de brousses et des défrichements, la forêt dense sèche guinéenne – qui couvre la moitié nord de la Guinée à l’exception du Fouta-Djalon – renferme sans doute la faune mammalienne la plus riche du pays, avec des animaux comme le lion, la panthère, l’antilope, les biches, les agoutis, les lièvres etc…

La récolte illégale et l’exploitation non durable des ressources en général, mais aussi les systèmes et pratiques agricoles non durables (abattis-brûlis) en particulier créent d’importantes pressions sur l’environnement. Les ressources en eau sont menacées par la pollution dues à l’urbanisation, l’industrie, la production de déchets et l’agriculture, favorisant la réduction des débits, et l’ensablement du lit des rivières. L’exploitation incontrôlée des forêts et des mangroves entraîne un déclin de la couverture végétale et la perte de la biodiversité. L’exploitation minière industrielle et artisanale contribue également à la pollution de l’air, du sol et des eaux en dégradant le paysage guinéen. L’analphabétisme, les pressions dues à la croissance démographique et le contexte politique et économique sont d’autres facteurs de perte de biodiversité identifiés par le pays.

3 999 espèces évaluées

Dont 128 endémiques

537 espèces menacées

dont 110 endémiques selon la Liste Rouge de l’UICN (2021-2)

MENACES MONDIALES LES PLUS IMPORTANTES :

(source : Liste Rouge de l’UICN 2021-2)

Agriculture – cultures non ligneuses annuelles et pérennes – petits exploitants
Développement résidentiel et commercial – logement et zones urbaines
Production d’énergie et mines – mines et carrières
Utilisation des ressources biologiques – Exploitation forestière et collecte de bois

Accès à la fiche IBAT

Les points clés retenus :

La réduction des menaces anthropiques présente un potentiel quatre fois supérieur à la restauration de la biodiversité pour réduire le risque d’extinction des espèces en Guinée.

Les pratiques menaçant la biodiversité incluent le raccourcissement des jachères, l’agriculture itinérante, le surpâturage, la surpêche, le prélèvement incontrôlé des ressources ligneuses, le fumage du poisson, l’exploitation minière et les pollutions associées.

Des actions visant à réduire la sur-exploitation des ressources et à rendre durable les systèmes d’exploitation agricoles, forestiers, miniers et halieutiques apparaissent donc comme particulièrement prioritaires.

  • Agriculture : riziculture et cultures maraichères commerciales
  • Exploitation forestière (bois d’œuvre et bois-énergie)
  • Exploitation minière (or et bauxite)

Rapports – Evaluation des menaces pesant sur la biodiversité nationale en Guinée (FR)

Policy brief – Recommandations pour intégrer la biodiversité aux secteurs économiques en Guinée (FR)

Accéder à toutes les ressources documentaires de la Guinée