Madagascar

Pour que la croissance de Madagascar soit compatible avec ses enjeux environnementaux : stoppons et inversons ensemble la perte de notre biodiversité pour préserver notre futur.

Gouvernance

Une mobilisation nationale

Réunion de lancement

08 octobre 2021

Madagascar

La réunion de lancement du Comité de Pilotage (COPIL) BIODEV2030 a été l’occasion de rappeler les objectifs du projet et d’échanger sur la méthodologie d’étude des menaces pesant sur la biodiversité. Les trois ministères présents (environnement & développement durable, aménagement du territoire, économie & finances) illustrent le soutien politique fort du gouvernement aux engagements volontaires sectoriels qui seront pris et qui contribueront au cadre mondial pour la biodiversité post-2020.

Présentation et rappel des objectifs de BIODEV2030 lors du premier COPIL du projet à Madagascar, le 8 octobre 2021.

Diagnostic

Considérée comme l’un des 17 états méga divers de la planète, l’île de Madagascar est un hotspot de biodiversité mondiale avec un taux d’endémisme d’espèces végétales et animales oscillant entre 80 et 100%. Les écosystèmes malgaches recensent les trois quarts du nombre estimé d’espèces dans le monde et 80% des espèces de plantes vasculaires endémiques.

Sur le territoire, les forêts naturelles, dont 50% de forêts humides, représentent des enjeux majeurs pour l’approvisionnement des populations locales en ressources. Ses 2 100 km² de mangroves font de l’état insulaire la deuxième plus grande étendue de mangrove de l’Océan Indien occidental et offrent de nombreux services éco-systémiques, notamment au regard de la stabilisation des côtes, la séquestration de carbone et la présence d’habitats pour les espèces endémiques marines.

L’accroissement démographique, la surexploitation des ressources et la fragmentation des milieux (issus de phénomènes naturels et des activités anthropiques directes), impactent de manière croissante la connectivité de ces écosystèmes, la morphologie des cours d’eau et l’hydrologie des sols.

44%

de perte du couvert forestier en 60 ans

30%

de perte estimée des espèces de Madagascar avant la fin du XXIe siècle au rythme actuel

26 000km²

de forêts denses humides de moyenne altitude de l’Est hébergent 11 espèces de lémuriens dont 8 menacées d’extinction.

MENACES :

Source : Etude STAR conduite par l’UICN

Cultures annuelles et pérennes non-ligneuses
Elevage
Chasse et collecte d’animaux terrestres
Exploitation forestière et récolte du bois
Espèces invasives et autres gènes résistants
 
 

 

Les points clés retenus :

L’exploitation minière et de carrières, l’agriculture (notamment la culture itinérante sur brûlis), la pêche et les hydrocarbures ont un fort potentiel d’abattement des menaces à l’encontre de la biodiversité.

Cependant, de par le caractère informel des menaces pesant sur les écosystèmes dulcicoles et les zones humides, la pêche et l’exploitation des ressources halieutiques ont un faible potentiel d’abattement, bien que leur impact sur la biodiversité soit conséquent. 

Ces résultats sont les fondements scientifiques des réunions des parties prenantes pour choisir les 3 secteurs d’engagement.

  • Agriculture
  • Pêche
  • Exploitation minière

Rapport – Evaluation des menaces pesant sur la biodiversité nationale à Madagascar (FR)

Policy brief – Fiches sectorielles des 7 principaux secteurs impactant la biodiversité de Madagascar (FR)

 

Accéder à toutes les ressources documentaires de Madagascar